Cercle Généalogique de L'Aisne
Statuts
Adminisrateurs
Adhesion
AG2015-1
AG_2014
AG_2013
Ag_2012
AG_2011
AG_2010
AG_2009
AG2008_CondeEnBrie
AG2007_Laon
AG2006Soissons
Chateau-Thierry 2eme Grand Salon du CGA
Escaudoeuvres 59 Congrés Scaldobresia
Villers-Cotterets 2015 Forum Asso
Veuilly la Poterie 02
oissons 2015 Salon des asso
Grand Salon Généalogie Paris 2015
Brie Comte Robert 2015
Villers Cotterets 2014
Lagny sur Marne 20142014
Lagny sur Marne 20142014
Moret sur loing 2014
Brie_Comte Robert_2014
geneatiques_paris_2013
salon_2013
exposition Villers Cotterets
claye-souilly_2013
Brie comte Robert 2013
GENCO-2012
lagny2012
25emeAnniversaire
chatelet en brie
claye_souilly_2011
brie_comte_robert_2011
lagny_2010
Exposition Buironfosse 2009
Chateau-Thierry
Soissons
Laon
Paris
Villers_Cotterets
Hauts de l'Aisne
Revue_AXONA
AnciennesRevuesAXONA

Chantier
Formulaire_Biblio
Liste des Tables
Formulaire_Tables

Formulaire_MicroFilms
Monographie_Barenton_Bugny
Monographie_Barenton_Cel
Monographie_Faverolles
Monographie_Grandlup
Monographie_Marchais
Monographie_Vivieres
Monographie_Pleine_selve

Infos_actes

recherches
Acces_AD


Infos_CPA

Infos_actes_en_vrac

Communes
departement
evenements
carte_cassini
famille CASSINI
Cantons_Aisne
wikipedia

anciens_noms_communes
Revolution
wikipedia
Pays_Aisne
Archives Aisne
Les Dates
recherche
Site_Membre
Site_Ami
sites-informations
sites Logiciels
FAQ
Contact
Desinscription

© 2006 - 2018 Cercle Généalogique de  l'Aisne

CERCLE GENEALOGIQUE DE L'AISNE


Monographie de la commune de Barenton Bugny


Source AD Aisne - Monographie manuscrite - cote 13 T 1

Saisie informatique réalisée par Nadine Gilbert.




GEOGRAPHIE PHYSIQUE



Situation de la commune. Son étendue superficielle ; son territoire ; son terroir ; ses différentes divisions : hameaux, fermes, écarts, dépendances


Village situé dans une vaste plaine à 9 kilomètres au nord de Laon, et à la même distance de son chef lieu de canton, Crécy sur Serre.


L'étendue superficielle de son territoire est de onze cent trente sept hectares.


Le terroir est ainsi constitué : la partie Est, limitée par les terroirs des communes de Verneuil sur Serre, Grandlup et Monceau le Wast, insensiblement ondulée est productive, bien cultivée. Au sud, c'est à dire en allant vers Chambry et Laon, une belle plaine se déroule aux yeux du voyageur qui peut admirer avec satisfaction les travaux d'agronomes et d'agriculteurs distingués. Il n'en est plus de même à partir du hameau de l'Aisance. Le petit cours d'eau qui va limiter le terroir de Barenton Bugny de ceux de Laon, d'Aulnois, Barenton Cel et d'un autre côté de celui de Verneuil sur Serre, au sud-ouest et nord-ouest, traverse des marais incultes et improductifs couverts d'eau pendant les trois quarts de l'année.


Aisance ou l'Aisance, hameau de Barenton Bugny situé à 4 kilomètres au Sud de ce village n'a aucune importance. Sur les huit maisons qui la composent, quatre servent de logement aux domestiques d'Hors-de-Voie, ferme située à quelques mètres du hameau et dépendante du terroir de Laon.


Les maisons à l'écart se trouvent à l'Est est sud, trois aux carrières à 1 kilomètre du village et une autre appelée la Maison Blanche à 1 Km 500 située sur la grande route nationale de Paris à Maubeuge. Cette dernière, ferme autrefois, n'est plus qu'une auberge logeant à pied et à cheval.


Noms successifs de la commune


La commune de Barenton Bugny, de l'ancien laonnois, s'appelait en 1337 Barenton Buigny et dans les archives les plus anciennes on écrivait Baranton avec deux "a". L'étymologie de ce nom composé n'a pas encore été donnée.


Relief du sol


Le sol est peu accidenté ; les marais et les plaines qui se trouvent au Nord de la ville de Laon en sont une preuve irréfutable.


Météorologie


Les météores, dignes d'attention, sont l'expansion de brouillards malsains qui s'élèvent au dessus des marais ; de là des maladies produites par l'excès d'humidité appelées "Fièvres intermittentes".


Géologie


Les renseignements géologiques sont assez nombreux. En allant de l'Ouest vers l'Est, on trouve de la tourbe de médiocre qualité. A quelques pas plus loin une terre argilo siliceuse, deux cents mètres après la voie ferrée, le terrain est calcaire. Du Nord au Sud, l'argile et la silice dominent dans la plus grande partie des terres labourables.


Les pierres tendres ou pierres à chaux, quelques grès, sont tirés en minime quantité de trois carrières, dont deux pour les pierres et une pour les grès.


Hydrographie


Un petit ruisseau appelé Rû des Barentons forme la limite du terroir en coulant du Sud au Nord. Il prend sa source à Festieux, canton de Laon, traverse Athies, Chambry, passe au hameau de l'Aisance, puis près de la ferme de Reneuil, terroir d'Aulnois, arrose ensuite Barenton Bugny, Barenton Cel, Verneuil sur Serre, et Barenton sur Serre, de la sa dénomination de Rû des Barentons. Il se jette ensuite dans la Souche au Nord-est de Barenton sur Serre, entre ce village et le hameau de Cohartille (canton de Marle) et leurs eaux se jettent ensuite dans la Serre au dessous de la tannerie de Crécy sur Serre à deux cents mètres environ de ce bourg.


Marais


Les marais suivent indubitablement la petite rivière que nous avons signalée plus haut. Leur superficie est de 100 hectares sur le terroir de Barenton Bugny et leur dessèchement laisse beaucoup à désirer par suite de sommes considérables qu'exigent ces travaux. D'ailleurs le terrain est impropre à toute culture, submergé presque pendant toute l'année, il ne produit qu'une herbe et des roseaux de mauvaise qualité que la commune vend à vil prix aux sucreries environnantes. Ces derniers servent à couvrir les betteraves pendant la saison rigoureuse.


Bois et forêts


Il n'y a aucune forêt ni aucun bois sur le terroir de Barenton Bugny. Un grand nombre de peupliers sont néanmoins plantés près des chemins au plutôt des sentiers qui contournent les marais communaux. Ils y poussent bien difficilement.


Faune communale


Le lièvre, la caille et la perdrix, tels sont les principaux gibiers que l'on rencontre sur le terroir de cette commune. En hiver les canards sauvages s'arrêtent quelquefois sur les eaux des marais ou des tourbières et sont l'objet d'une chasse de peu d'importance. La grande difficulté est de pénétrer dans ces lieux fangeux à cause de dangers inévitables. Pas de reptiles ni d'animaux nuisibles.


Flore communale


La flore communale se rattache à celle du plateau laonnois. Les fleurs de nombreux nénuphars sont seules remarquables.


Population


La population de Barenton Bugny est d'après le dernier recensement de 646 habitants y compris son hameau et les maisons à l'écart.

En 1760 on y comptait 41 feux ; en 1800 , 328 hab , en 1818 : 460 h ; en 1836 : 647 h ; 735 en 1856 et 717 en 1876.


Elle semble donc diminuer en ce moment sans qu'on puisse en connaître le véritable motif.



Du 1er janvier 1874 au 31 décembre 1883 :


Ce qui donne une moyenne proportionnelle de :


Habitants


La constitution physique des habitants ne présente rien de remarquable. Les jeunes gens qui prennent part au tirage au sort sont assez forts. Les cas d'exemption signalés pour la classe 1883 sont plutôt des affections accidentelles que le résultat d'une mauvaise constitution. Le régime alimentaire est celui des personnes qui travaillent beaucoup et assujettis à passer des nuits aux sucreries ou autres usines.


Malgré les maladies que peuvent engendrer le sol humide et surtout aussi les brouillards malsains qui se dégagent des marais, la longévité des personnes qui habitent la commune de Barenton Bugny est à peu près semblable aux autres lieux de notre département. Les octogénaires sont rares.


Les habitants ont un caractère franc et ouvert, ils n'ont aucun jeu favori et parlent avec vivacité un français assez correct ressemblant un peu à celui parlé à laon. Quant au degré d'instruction il est passable. On aurait mieux si les enfants fréquentaient l'école d'une manière régulière.



GEOGRAPHIE HISTORIQUE


Evénements remarquables


Barenton Bugny appartenait autrefois au chapitre de Laon qui l'avait acheté en 1237 à Clarembaud seigneur de Bruyères. Une révolte furieuse y éclata en 1338 à propos d'une taille extraordinaire que les chanoines avaient frappée sur ce village pour acquitter leur quote-part des 20 000 livres promis au roi par le clergé de Laon pour qu'il maintient l'abolition de la commune de cette ville prononcée quelques années auparavant. A cette occasion neuf hommes de Barenton furent pendus et six femmes flétries aux joues sans forme de procès. Mais le roi n'approuva pas cette justice humaine, il obligea le chapitre à payer des indemnités aux familles des suppliciés et à inhumer ceux-ci honorablement dans l'église cathédrale.


Cette affaire a donné naissance à la légende si populaire autrefois des maires de Barenton, lesquels, pour prouver leur innocence avaient enfoncé avec la main seule des clous dans un grès, que l'on voyait jadis enchâssé dans les murs de l'église de Laon.

A propos des maires de Barenton, il y a une autre légende. On raconte que 2 ou 3 frères, maires des villages des Barentons furent arrêtés pour vol et bien qu'innocents condamnés à être pendus. Qu'après leur mort, la mère de ces infortunés prouva leur innocence par un miracle, en enfonçant sans peine plusieurs clous dans une pierre de grès qui déborde d'un pied le mur du cloître des chanoines. Le véritable voleur ayant été découvert, on réhabilita la mémoire des maires de Barenton en faisant dire pour eux un service annuel dans toutes les paroisses du diocèse.


Ce service était encore chanté, il y a peu d'années, le 4 août dans un grand nombre de communes du canton de Crécy sur Serre.


En 1587, les habitants de Barenton Bugny obtinrent du chapitre la permission de bâtir un fort dans leur village pour se mettre à l'abri des insultes des gens de guerre.


Ce village eut beaucoup à souffrir en 1648 de la présence des troupes espagnoles. Il fut presque entièrement détruit par elles de telle sorte que des 200 feux qu'on y voyait alors il se trouvait réduit à 7 ou 8 au moment de leur départ.


L'église fut à moitié consumée par les flammes de l'immense incendie allumé par les espagnols.


Au 12e siècle, la terre de Barenton Bugny relevant des évêques de Laon appartenait parait-il à Clarembaud dit du Bourg ou du Marché, déjà seigneur de Bruyères de Clacy et autres lieux voisins. Elle resta la propriété de ses successeurs jusqu'à Clarembaud III de Bruyères qui la vendit en 1237 au chapitre de Laon. Celui-ci la donna en fief à des seigneurs particuliers, tout en gardant pour lui la suzeraineté.


Vers 1580, Charles Etienne d'Espinoy vicomte de Barenton et de Liesse, femme Marguerite Linage Villers - enfant Robert

Robert D'espinoy vicomte dudit ; femme Marie André - enfant : Charles André

Charles André d'espinoy écuyer vicomte de Barenton Bugny, capitaine de chevau-légers, femme Madeleine Le Voirier - enfant Alexis Marie Madeleine

1660 Valerand des Fossés, baron d'Honecourt vicomte de Barenton, capitaine au régiment Dubuisson, femme Marie René d'Harzillement.

Enfant comme petit fils, Charles Louis qui fur l'auteur de la branche des comtes de Villeneuse, la seule qui se soit perpétuée jusqu'à ce jour.


Personnages célèbres  (rayé sur le 1er jeu)


Barenton Bugny n'a donné naissance à aucun personnage célèbre. Tous les seigneurs précités ne l'habitaient même pas.


Voies romaines (partie qui n'existe pas dans le 2e jeu)


Une ancienne voie romaine traverse sur une longueur de cent cinquante à cent soixante mètres la partie Sud-ouest du terroir. Cette voie appelée chemin des romains  est celle qui va directement de Reims à St Quentin en passant près de Chery les Pouilly, Pouilly, Assis, Remies, Mesbrecourt et Câtillon du Temple dans le canton de Crécy sur Serre.


C'est près de cette voie, qu'en 1869, 9000 pièces de monnaies en cuivre ont été découvertes sur le terroir de Pouilly par un domestique de ferme.


Ancien cimetière


En 1822 on a retrouvé à 400 mètres de l'église actuellement bâtie. Des tombes en pierre contenant des guerriers ont été mises à découvert. Il est fâcheux que d'habiles archéologues ne fussent pas demandés à cette époque pour constater l'age auquel ces sépultures auraient pu remonter.

(renseignements donnés par M. DAVID, maire - 1er jeu seulement)


Eglise


La paroisse possède une église dont le patron est st martin, le onze novembre. Ce patron a toujours été en vénération par les habitants de Barenton Bugny. La longueur de l'église est de 26 m 20, sa largeur de 14 mètres


Le clocher et le choeur sont plus anciens que la nef et les bas côtés. L'architecture est du 12ème siècle. Les nombreuses colonnes qui soutiennent l'entablement de la flèche font du clocher un monument remarquable. Sa hauteur est de 40 mètres y compris la flèche.


Ecoles


Il y a dans la commune de Barenton Bugny deux écoles laïques :

- Celle des garçons construite en 1840 est fréquentée par 60 enfants de 5 à 13 ans (40 élèves sur le 2e jeu)

- Celle des filles construite en 1877 est fréquentée par 40 enfants de 6 à 13 ans. (le nombe d'élèves est difficielement lisible sur le 2e jeu)


Les classes propres et bien aérées sont suffisantes pour les besoins de l'instruction primaire.


Avant 1840 l'instituteur était propriétaire du local affecté à la salle de classe. Il était directeur d'une école mixte et percevait pour son traitement environ 0,30 francs par élève et par mois.



GEOGRAPHIE ECONOMIQUE



Etat des terres


Les mille trente sept hectares de terres labourables du terroir de Barenton Bugny sont très bien ensemencés. Les cultivateurs suivent généralement l'assolement alterné quadriennal qui a pour but de ne jamais semer deux céréales à la suite l'une de l'autre et d'intercaler dans la rotation de quatre ans au moins une culture sarclée de racines fourragères (carottes, pommes de terre, betteraves) et un trèfle qui précède la seconde récolte de blé. La culture sarclée offre cet avantage qu'elle exige des travaux qui ameublissent profondément la couche arable, détruisent à fond les mauvaises herbes et laissent la terre dans le meilleur état possible pour la culture des céréales. On ne voit point de jachères dans une plaine aussi fertile.


Les engrais employés par les cultivateurs ou par les petits fermiers sont ou naturels ou artificiels. Ceux naturels proviennent des mélanges de plusieurs sortes de matières organiques, tant animales que végétales. Les produits chimiques, comme on les appelle généralement à la campagne, sont le nitrate de soude, le superphosphate.


Les principaux instruments aratoires sont la bêche, le brabant, la herse, l'extirpateur, le rouleau, le croskill, le semoir.


Les céréales occupant une superficie de 285 hectares peuvent fournir une moyenne de 600 hectolitres par année.


Prairies


Il n'y a aucune prairie naturelle, ni de vraies pâtures, conséquemment, rien pour les usages existants au sujet des pâturages. Les prairies artificielles sont l'objet de soins assidus, elles occupent une superficie de 189 hectares, c'est à dire le sixième des terres cultivées.


Etangs, arbres fruitiers, vignes


Les étangs, les arbres fruitiers font défaut ; peu de vignes en treille.


Houblon et betterave


Le houblon est inconnu à Barenton Bugny. Il n'en est pas de même de la betterave ; la culture de cette plante saccharine est celle où tendent les efforts des agriculteurs de cette commune. Plus de quatre cents hectares de terre produisent des betteraves d'excellente qualité servant à alimenter les sucreries de Puisieux, commune de Chambry, et celles d'Aulnois.


Cultures de toutes espèces


Le reste du sol cultivé appartient maintenant aux vergers. Les choux, panais, artichauts, radis, carottes, choux-fleurs et enfin toutes les autres plantes légumineuses sont d'une rare beauté dans les jardins humides qui bordent à l'Est le Rû des barentons.


Biens communaux


Pour se procurer quelques deniers, la commune a loué une partie des biens communaux. Les baux de 99 ans sont appelés baux emphytéotiques. La contenance totale est de 62 hectares.


Quarante autres environ sont divisés en 47 lots. Les herbes et roseaux qui s'y trouvent sont adjugés tous les ans au mois d'août pour une somme qui varie de 2 à 900 francs.


Animaux


Comme animaux domestiques, on compte en ce moment :


Chasse et pêche


La chasse et la pêche sur les biens communaux s'acquièrent par bail de neuf années consécutives. Le produit qui revient à la commune est de 130 francs.


Carrières


Deux carrières produisant 100 mètres cubes de pierres à chaux et une autre de grès dont le produit annuel est de  dit mètres cubes sont déclarées : les unes au lieu dit les carrières et l'autre au buisson Quentin.


Usines et manufactures


Les ouvriers de Barenton Bugny sont aux sucreries de Puisieux et d'Aulnois ; après la fabrication terminée, ils s'occupent des travaux champêtres dans les fermes environnantes et ne négligent pas de faire une moisson qui leur produit du pain pour toute l'année.



A Barenton Bugny, le 30 janvier 1884

L'instituteur

DECELLE




Remarque de Nadine Gilbert. :


Il existe deux exemplaires de la monographie de Barenton Bugny : un premier jeu fortement raturé et un second beaucoup mieux présenté. Il y a quelques différences entre les deux jeux que je précise.